Vous savez déjà que l’hypertension artérielle, l’élévation du taux de cholestérol et certains facteurs liés au mode de vie, comme une mauvaise alimentation, le manque d’exercice et le tabagisme, sont des facteurs de risque majeurs pour les maladies cardiaques. Mais la science montre qu’il existe un autre facteur qui pourrait avoir un impact sur votre santé cardiaque.

Les recherches menées au Brigham and Women’s Hospital au cours des 20 dernières années suggèrent que l’inflammation pourrait également contribuer au risque de maladie cardiaque.

Qu’est-ce qui provoque l’inflammation ?

L’inflammation peut se produire dans le cadre de la réponse immunitaire, la tentative de notre corps de combattre et d’attaquer les substances étrangères, telles que les maladies infectieuses. L’inflammation peut également se produire en réponse à l’accumulation de dépôts graisseux (athérosclérose) à l’intérieur des parois des artères, ce qui peut conduire à la formation de caillots sanguins dangereux.

Découverte du lien

En 1997, des chercheurs dirigés par le Dr. Paul Ridker, directeur du Centre de prévention des maladies cardiovasculaires, ont découvert que les hommes d’âge moyen présentant des taux sanguins plus élevés de protéine C-réactive (CRP), une mesure de l’inflammation, avaient un risque accru de subir une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral à l’avenir.

L’équipe du Dr Ridker a fait cette découverte en étudiant l’aspirine, un médicament anti-inflammatoire. Son équipe a conclu que le bénéfice de la prise d’aspirine pour la prévention des crises cardiaques était plus important chez les personnes qui présentaient des niveaux d’inflammation plus élevés que chez les autres.

Le Dr Ridker et ses collègues ont ensuite étudié si les statines, des médicaments hypocholestérolémiants, pouvaient également réduire l’inflammation. Les résultats de l’étude JUPITER ont montré que les participants qui avaient un faible taux de cholestérol mais un taux élevé de CRP avaient un risque plus faible de maladie cardiaque et d’accident vasculaire cérébral s’ils recevaient une statine.

Sur la base de ces résultats, l’équipe du Dr. Ridker a lancé deux essais cliniques supplémentaires pour étudier la relation entre les maladies cardiaques et l’inflammation :

  • Essai de réduction de l’inflammation cardiovasculaire (CIRT) – étudier si le méthotrexate à faible dose, un immunosuppresseur, réduira les taux d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral et de décès cardiovasculaire chez les patients atteints de coronaropathie stable avec un diabète de type 2 ou un syndrome métabolique.
  • Canakinumab Anti-inflammatory Thrombosis Outcomes Study (CANTOS) – tester si le canakinumab, un anticorps monoclonal qui cible l’inflammation, réduira le risque d’un autre événement cardiovasculaire chez les hommes et les femmes qui ont déjà eu une crise cardiaque.

Réduire l’inflammation en même temps que le risque de maladie cardiaque

Bien que certains médicaments puissent aider à réduire le risque de maladie cardiaque, il est important d’adopter également un mode de vie sain. Le Dr Ridker souligne que l’exercice et une alimentation riche en aliments tels que les céréales complètes, le poisson, l’huile d’olive extra vierge et les noix peuvent également réduire l’inflammation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.